… Nǐ hǎo Beijing !

Sounds of Beijing -> Chaque mercredi, nous vous proposerons la musique qui a rythmé notre semaine afin que vous puissiez l’écouter en lisant nos chroniques, et vous plonger dans nos aventures. Cette première semaine, découvrez avec nous ce qui est vite devenu notre hymne : Beijing de Wang Feng.

Le Campus

Lorsqu’on arrive sur le campus de BIGC (Beijing Institute of Graphic Communication), il y a une chose qu’on remarque tout de suite : l’immense logo de l’université qui orne la façade du premier bâtiment de l’entrée sud. Mais ce n’est pas là que notre taxi va s’arrêter.

Fondée en 1958, l’université s’est inspirée des campus traditionnels pour concevoir un environnement d’étude à taille humaine (ou presque) au sein duquel tout est accessible. Le principe est que tout ce dont ont besoin les étudiant se trouve à portée de main et tout est fait pour que les trajets soient optimisés.

Dormitory

Après avoir dépassé l’institut de recherche, il prend à droite avant de ralentir le long d’un grand bâtiment en verre : l’« International Student Center », notre nouveau « jiā », notre nouveau chez-nous. Dans ce petit immeuble de 9 étages, on trouve des bureaux, des salles de cours et quatre étages de chambres pour les étudiants étrangers. Les garçons seront au 7ème et les filles au 8ème. A peine le temps de déposer nos affaires (en 713 pour Thibéry et Raphaël et en 806 pour Kimberley) que nous devons redescendre pour commencer notre rallye administratif : enregistrement sur les registres de la police, paiement de chambres, création de la carte étudiant … Ce n’est qu’à 17H que nous pourrons regagner nos chambre pour nous allonger sur nos paillasses et consommer notre Jet-Lag jusqu’à cette insomnie qui nous conduira à tester le restaurant de fruits de mer qui fait l’angle de Xinghuan Road et Xinghua Street (voir l’article de lundi).

Canteen

Un des atouts indéniables du campus de BIGC, c’est sa « Canteen ». Sur trois étages, 4 restaurants tournent à plein régime entre 7h et 22h pour proposer aux étudiants un éventail de plats aussi varié que copieux (voir l’article de samedi prochain #SPOILER ALERT). Ainsi, pour moins de 15 yuan, soit 2 euros, on peut se délecter de n’importe quelle spécialité Chinoise ou Thaï dans des proportions Gargantuesques. Et ce, dans un bâtiment accolé à notre dortoir, comment y résister ?

Playgrounds

Depuis quelques années, la Chine a mis en place une politique sportive afin de mettre à niveau les générations futures. L’objectif est de disposer de sportifs de très haut niveau dans la plupart des disciplines olympiques pour asseoir son rayonnement mondial. Ainsi, la ville est parsemée de bancs d’entrainement urbain et le campus n’y fait pas exception : 6 terrains de basket, 6 de volley/badminton ainsi qu’un stade de foot sont ouverts 24h/24 pour qui veut s’y entraîner. Et nous ne nous sommes pas faits prier pour profiter de ce luxe ; dès le deuxième jour ce fut footing, basket-ball et musculation. Juste de quoi éliminer les « jiǎozi » de la veille.

Classrooms

Ce mercredi 20 mars, nous avons eu droit à une réunion de bienvenue (sur laquelle l’un de nous reviendra) au cours de laquelle le professeur Zhang Xiaodong, éminent créateur de design graphique nous a fait l’honneur de nous faire visiter les salles de classe et la galerie de l’université. Une visite très intéressante, d’autant plus que notre nouvelle idole est l’auteur de la plupart des logos présents sur le campus (et dans le quartier de Daxing d’ailleurs). Cette visite fut d’autant plus enrichissante que les cours à BIGC se font dans des ateliers de création dans lesquels les étudiants disposent de tout le matériel nécessaire pour s’exercer.

 

___

Le professeur Zhang Xiaodong

 

Plan du campus Principal du Beijing Institute of Graphic Communication