Namasté

Dans mon tout premier article, il y a presque 2 mois, je vous parlais de sport (qui se souvient ?), de motivation et de détermination. Dans ce même sujet, en venant ici en Colombie, j’espérais pouvoir continuer et approfondir cette pratique autant physique et mentale, qu’est le yoga.


Après plusieurs comparaison de prix, et de professeurs, j’ai pu, début avril, enfin trouver l’institut qui me correspondait et officiellement démarrer mes cours de yoga à Popayán. 45 000 pesos (soit moins de 13€) le mois à la hauteur de 3 cours par semaine, autant vous dire qu’on ne trouve pas ça à Paris. (Sauf à Paris 8 où on peut prendre yoga en cours libre, et en plus la prof est géniale).
Mais pourquoi le yoga ? De nature stressée pour un oui ou pour un non, et en ce moment à la recherche d’une façon de me recentrer sur moi-même, les bienfaits que j’ai pu lire à ce sujet semblaient être adéquats.
Voilà donc un bon mois que ma pratique du yoga est régulière et que je peux enfin en observer les premiers effets.

« Échouer, c’est avoir la possibilité de recommencer de manière plus intelligente » – Henry Ford

Bien que cela puisse susciter des avis contraires, faire du yoga n’est pas facile, au début. La découverte de toutes les poses et postures prend du temps, et encore plus pour les maîtriser toutes. A mon niveau, je suis toujours en phase de découverte, et je sais que je ne suis encore qu’aux prémices de cette aventure.
C’est alors là qu’intervient notre chère amie : la persévérance. Car oui, on ne réussi par à tenir en équilibre sur une jambe la tête en bas et l’autre jambe en l’air, du premier coup. Et je ne vous cache pas que les chutes, et les petites douleurs musculaires sont toujours d’actualité pour ma part. Mais « Rome ne s’est pas faite en un jour » dit-on non? Alors il faut persévérer malgré les obstacles du quotidien, car là est la clé du succès.

Certes, ce n’est pas simple, et avoir un mental positif relève de gros efforts (oui en tant que pessimiste née, mais sur la route de la guérison, je peux l’assurer). Ce qui nous empêche d’arriver à nos buts, ce qui nous ralentit réellement, finalement, c’est nous-même. Notre inquiétude, notre manque de confiance en soi, nos doutes, et notre peur, voilà ce qui est majoritairement responsable de nos échecs, car celui qui n’essaye pas, a d’office échouer.

Avec la pratique du yoga, j’ai pu apprendre à me concentrer sur l’instant présent, et pendant un moment, faire le vide des pensées négatives, qui ont tendances à vite prendre le dessus. L’important lors d’une séance, est de se concentrer sur son propre corps, sur ses ressentis, et d’accorder sa respiration aux mouvements. Un cocktail permettant d’éloigner tous nos soucis, en reprenant possession de notre corps et de notre esprit. Cela a donc des répercussions sur notre façon de vivre, car en apprenant à faire abstraction du monde extérieur et en développant sa capacité à s’écouter soi-même, nous éliminons toutes les petites pensées parasites qui nous empêchent d’avancer, et d’accomplir nos objectifs.