Merci Colombie.

Et voilà nous y sommes, déjà l’avant-dernier article de mes aventures en Colombie, plus que 2 semaines pour nous ici dans la ville blanche. Entre la nostalgie de ce pays d’accueil que l’on va quitter incessamment sous peu, et la hâte tout de même de retrouver notre chère France, on réalise mine de rien que 4 mois, ça passe vite.


Merci

Tout comme Quentin a pu le dire dans son article, est arrivé le temps où on relève chaque chose de notre quotidien comme étant « la dernière fois ici à Popayan », et où tout semble nous rappeler que c’est la fin, et que bientôt on sera sur le chemin du retour.

Tout d’abord je suis, on ne peut plus, reconnaissante de ce compagnonnage en Colombie, non seulement parce j’ai pu grandir humainement, et également parce qu’il m’a permis de répondre à certains de mes objectifs personnels. Mais il est important, comme pour toute chose de savoir avoir une vision objective, et donc de peser le pour et le contre, comme si il s’agissait d’en faire une controverse. (Oui toujours plus).

Inutile de préciser encore une 43ème fois combien essayer de vivre de façon responsable me tient à coeur, après tous ces articles on a compris.
Et ce séjour dans ce nouveau pays m’a fait découvrir notamment des communautés indigènes qui se soignent naturellement avec des plantes ou des petits agriculteurs qui vendent leurs récoltes et leurs fromages artisanaux dans les rues de Popayan.
J’ai renforcé aussi ma façon de m’alimenter : de saison (ici c’est toujours la saison de la papaye, j’avoue c’est un bonus), sous circuit-court, et de façon équilibrée (no carences detected).
J’ai réappris à faire du sport quotidiennement aussi ! Courir le matin, les sorties sportives entre amis, et le yoga♥︎
J’ai voyagé et ouvert mon esprit à travers des paysages, des villes, et des gens magnifiques, et c’est la meilleure façon de s’ouvrir soi-même au monde.
Je parle presque couramment espagnol (non je rigole c’est faux, mais en vrai ça va).

En gros, j’ai largement de quoi pouvoir checker une grande partie des objectifs de mon vision board (faites-vous un vision board !!! Là où vous manifestez tout ce que vous aimeriez accomplir cette année).

Merci aussi quand même

Si m’adapter à une nouvelle culture n’était pas facile au début, j’ai pu prendre mes marques et en tirer les bénéfices que je recherchais. Mais même si vivre en Colombie m’a fait réaliser beaucoup de choses, ce n’est pas forcément uniquement par des comportements exemplaires que j’ai le plus appris.

Ici, pas de tri des déchets dans la majorité des foyers, mais cela m’a encore fait plus prendre conscience de combien c’était important : pour avoir croisé l’envers du décor avec des plages remplies de poubelles … on se dit que ce geste simple n’est pas si insignifiant.
Le plastique. Ma phobie. Ici il est utilisé partout, et est en plus à usage unique (en 2021 il sera interdit en France, le saviez-vous? 🙌🏼). Mais c’est ce qui faisait ressortir à mes yeux l’authenticité des alternatives naturelles des petits commerçants qui s’en passaient. Et c’est cette utilisation à outrance du plastique (qui n’est évidemment pas, ou très très très peu recyclé), qui m’en a vraiment dégoûté pour le coup.

Néanmoins, il n’est vraiment pas dans ma volonté de cracher dans la soupe, parce que cette expérience, ma première expérience de ce genre à l’étranger, était vraiment exceptionnelle, et m’a appris beaucoup sur ma propre personne. Je conseille vraiment à tout le monde de saisir les opportunités qui se présentent à vous, parce que au-delà de représenter des défis pour soi-même, c’est la meilleure façon de continuer à faire grandir sa personne. ✨

 

Article-1  avant la vraie fin.

Portez-vous bien, d’ici la semaine prochaine. 💻