Zàijiàn Beijing !

Nous voilà donc au terme de notre grande aventure. Quatre mois se sont écoulés au rythme de nos explorations, de nos expériences et de nos rencontres, le tout à une vitesse incroyable. Il nous reste donc seulement vingt-huit heures avant que nos pieds ne foulent le tarmac chinois pour nous ramener à nos anciens modes de vie. Désormais, le temps nous est compté et nous avons tant de choses à faire. Nous souhaiterions nous démultiplier pour expérimenter à nouveau tout ce que nous avons traversé. Malheureusement, ce n’est pas encore possible (ah ouais ?) et certaines activités doivent être mises de côté pour en privilégier d’autres. Sans oublier les tâches légèrement ennuyantes comme fermer nos lignes téléphoniques ou notre compte bancaire qui nécessitent une légère organisation (et qui est une de nos grandes qualités, comme vous avez pu le constater au cours de nos différentes aventures), il est l’heure de courir pour revoir une dernière fois tous nos amis. Libres depuis la semaine dernière, nous aurions pu profiter de cette opportunité pour réaliser calmement toutes ses tâches et pour revivre nos premières fois avec un tout autre regard, celui des locaux que nous sommes devenus. Mais notre envie a été tout autre.

Après un week-end riche en émotion, que Thibéry vous a fait découvrir grâce à son dernier article, nous avons fait face à un dilemme cornélien : rester à Pékin pour profiter de nos derniers instants dans cette ville extraordinaire ou prendre le premier train disponible pour explorer d’autres contrées. Malgré la lourdeur de nos corps meurtris par cette longue randonnée plus proche de l’escalade que d’une balade après le repas dominical chez mamie, nos doigts ont pianoté avec légèreté sur nos claviers téléphoniques. En l’espace de quelques instants, nous voilà alors prêts à parcourir trois villes en trois jours (et demi) : Shenyang, Huludao et Tangshan, que nous connaissons uniquement par Google Maps et ses quelques photos postées par divers touristes chinois.

 Guide de voyage : comment choisir une ville à visiter en Chine ?

  1. Ouvrez Google Maps ;
  2. Dézoomez la carte pour n’y voir que le nom de plus grandes villes ;
  3. Délimitez une zone géographique, en particulier si le temps vous est compté. (Souvenez-vous que le pays de la Chine fait tout de même 17.5 fois la France) ;
  4. Trouvez un nom de ville qui vous semble sympathique et plutôt simple à prononcer (vous allez sans doute être amené à le répéter un grand nombre de fois lorsque vous raconterez vos escapades à Tatie, et on sait qu’elle est plutôt dure d’oreille, ce serait dommage de buter à chaque fois sur le mot) ;
  5. Ouvrez l’application d’achat des billets de train (celle avec le cochon sur le pictogramme) ;
  6. Essayez de taper correctement le nom de chaque ville en chinois, en prenant garde à préciser la bonne gare (et oui, quand il y en a quatre différentes, toutes éloignées par une heure de métro, ce serait dommage d’attendre sur le mauvais quai et de s’en rendre compte quelques minutes avant l’arrivée du train) ;
  7. Choisissez entre un siège, une couchette cabine ou commune ou encore tout simplement une place debout (après avoir testé toutes ces propositions, je ne sais choisir entre le confort du lit sous une climatisation à 15 degrés, l’attente entre deux voitures en cherchant un pan de mur sur lequel s’appuyer sans déranger les employés ou une place assise dont le siège peut être baissé sans gêner le passager derrière) ;
  8. Achetez tout ça avec n’importe quelle application de paiement (et oui, Wechat n’est pas la seule à proposer ce service, il y en a au moins une autre)
  9. Devinez la signification du texte qui s’affiche à l’écran grâce à la mauvaise traduction obtenue via DearTranslator (normalement, c’est l’écran de confirmation des commandes, mais on ne sait jamais).

Vous voilà désormais prêts ! Vous pouvez donc partir à l’aventure en ayant que très peu d’informations sur votre lieu d’accueil (en choisissant si aléatoirement votre destination, vous n’allez pas être les prochains rédacteurs du Petit futé). Par ailleurs, il est étonnant de constater que très peu de sites de tourisme à propos des villes chinoises, proposant un contenu de qualité, sont disponibles sur le moteur de recherche Google.

 

Devant la gare, c’est une véritable place du village. Sur cette grande esplanade, ce sont des jeunes, des vieux, des solitaires ou des familles, qui se côtoient en attendant patiemment leur train. Certains sont assis sur le sol gris chauffé par le soleil de la journée, d’autres déambulent d’un pas hâtif pour rejoindre les portiques de sécurité afin d’accéder à l’intérieur de la gare. De notre côté, nous sommes obligés de passer par le guichet de retrait des tickets où une longue queue prend place. Il a d’ailleurs fallu que ce léger temps d’attente pour nous permettre d’acheter nos billets d’Huludao à Tangshan, de Tangshan à Pékin et de louer notre hébergement pour la nuit, le tout grâce à l’extrême qualité du réseau téléphonique chinois.

Durant ces trois jours, nous avons donc usé nos semelles sur le sol de la seconde cité impériale chinoise, parcouru les marchés au cœur de Shenyang, longé les berges parfaitement aménagées lors d’une balade à vélo libre-service le long du fleuve Hunhe, marché le long d’une route à quatre voies au milieu de la montagne pour se rendre sur une crique à Huludao, ou encore écouté des chanteurs s’égosiller dans les parcs de Tangshan.

Ce voyage a également été l’occasion de se rendre compte que toutes les personnes que nous avons rencontrées à Pékin ne sont pas une exception liée à la ville. Au sein de tous les lieux que nous avons visités, nous avons été honorés par l’accueil que les habitants nous ont accordée. Une hospitalité hors-paire, et une gentillesse incomparable ont rythmé tous ces moments accompagnés de petites attentions qui paraissent immenses à nos yeux. Sur nos visages, des sourires se sont ancrés. Dans nos esprits, des souvenirs se sont plantés.  Tous ces moments de ce voyage nous ont rappelé la chance que nous avons d’avoir effectué ce programme de compagnonnage.

Merci à tous.